Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud

Le Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud est un fonds d’affectation spéciale à caractère bénévole, établi par les États Membres pour soutenir les partenariats en matière de coopération Sud-Sud au profit des pays en développement du monde entier. La mise en place de ce fonds avait été initialement souhaitée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 50/119 du 20 décembre 1995, qui avait appelé de ses vœux la création d’un fonds bénévole spécial pour la promotion de la coopération Sud-Sud et invité tous les États Membres à y contribuer. Dix ans plus tard, dans sa résolution 60/212 du 22 décembre 2005, l’Assemblée générale a demandé à changer le nom du Fonds d’affectation spéciale pour la coopération Sud-Sud mis en place en application de sa résolution 50/119, qui deviendra le Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud.

Depuis sa création, le Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud a cherché à promouvoir, soutenir et mettre en œuvre la coopération Sud-Sud en facilitant les contributions volontaires et l’allocation stratégique des ressources en fonction des priorités identifiées par les pays en développement eux-mêmes. Le Fonds constitue un cadre juridique, opérationnel et de gouvernance pour l’engagement des partenaires, la mise en commun des ressources et la mise en œuvre conjointe de la coopération Sud-Sud.

Le Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud est un élément central du dispositif de soutien des Nations Unies aux États Membres. Il permet en effet aux pays du Sud de tirer parti de leur force collective pour accroître le volume des échanges Sud-Sud, impliquer les partenaires, allouer des ressources, miser sur les synergies et solliciter des activités de coopération Sud-Sud transformatrices.

La mobilisation et la mise en œuvre des activités proposées par le biais du Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud se caractérisent par des partenariats solides, dirigés et gérés par l’ensemble des parties prenantes. Le Fonds est administré par le Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC) et bénéficie de l’appui de divers partenaires, notamment de nombreux États Membres, des organismes des Nations Unies et d’autres organisations internationales ou régionales. Depuis sa création, les contributions au profit du Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud ont totalisé plus de 28,5 millions de dollars US, versés principalement par les États Membres des Nations Unies.

 

 

Plusieurs initiatives ont été récemment menées dans le cadre du Fonds des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, notamment :

Échange de connaissances sur la consolidation de la paix par le biais de la coopération Sud-Sud et triangulaire

L’initiative Échange de connaissances sur la consolidation de la paix par le biais de la coopération Sud-Sud et triangulaire est issue de la collaboration entre l’Agence présidentielle colombienne pour la coopération internationale (APC Colombia) et le Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC) en vue d’analyser et de documenter les études de cas de consolidation de la paix dans les pays du Sud.

Mécanisme de renforcement des capacités par la coopération Sud-Sud et triangulaire en science et technologie

Le Mécanisme de renforcement des capacités par la coopération Sud-Sud et triangulaire en science et technologie vise au partage des expériences de la République de Corée et de ses partenaires en matière de développement et de savoir-faire dans les sciences et techniques et les technologies de l’information et de la communication en vue d’exploiter les connaissances et les technologies appliquées aux fins de la promotion du progrès social et économique dans les pays en développement, conformément au programme de développement de l’après-2015.

Pépinière de partenariats climatiques pour les pays du Sud

La Pépinière de partenariats climatiques pour les pays du Sud est destinée à encourager, soutenir et promouvoir la coopération Sud-Sud et triangulaire dans les questions liées au changement climatique. Elle vise à aider les États Membres à atteindre les objectifs ambitieux définis dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et dans l’Accord de Paris conclu au titre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.